Comme chaque année, le Groupe Agrovin se renseigne sur les prévisions de récolte dans les différentes régions viticoles, non seulement dans notre pays, mais aussi dans d’autres régions où nous sommes présents, comme l’Italie, la France, la Roumanie et le Portugal.

Nous avons interrogé nos responsables et parlé avec les dirigeants d’importants établissements vinicoles de ces régions, afin de savoir exactement ce qui est attendu des raisins qui seront récoltés en moins d’un mois et quel sera le résultat des vins qui seront produits.

 

 

Notre directeur d’œnologie, Luis Cotanda, nous fait part de quelques conclusions générales sur l’état des raisins dû aux conditions climatiques de ces derniers mois :

Quelles sont les prévisions pour les vendanges de cette année ?

S’il y a une chose qui est claire après avoir entendu les avis de nos conseillers techniques et des responsables de vignobles dans les principales zones viticoles de notre pays, c’est que le manque de précipitations de ces derniers mois et les températures élevées de ce mois de juillet vont affecter principalement la taille des raisins, ce qui aura une série de conséquences que je vais détailler dans ce post.

De manière générale, nous avons appris que les vendanges devraient avoir lieu une ou deux semaines plus tôt que l’année dernière, à tel point que dans certaines régions de Catalogne, la sécheresse et les températures élevées ont avancé les vendanges de 15 jours et que la récolte de certaines variétés précoces a commencé aujourd’hui.

Il s’agira d’une vendange avec une quantité de raisins plus faible par rapport à l’année dernière, bien qu’il soit encore trop tôt pour effectuer une estimation plus précise. Ce n’est que lorsque les raisins commenceront à entrer dans les caves et les coopératives que l’estimation sera plus fidèle à la réalité.

Conséquences directes sur la qualité des vins

Nous aurons donc des raisins de plus petite taille avec une charge polyphénolique élevée, ce qui affectera les vins blancs en particulier en termes d’oxydation, car ce seront des vins plus facilement oxydables avec une possible amertume. Dans le cas des vins rouges, il s’agira de vins plus structurés, ce qui peut être positif si l’astringence est contrôlée.

Le manque de précipitations et les températures élevées affectent également la maturation des raisins, qui se présente comme une maturation irrégulière avec la peau en bon état, mais avec des pépins non mûrs, dont le principal effet sera l’apparition de verdeur et d’astringence dans les vins rouges.

Si nous revenons en arrière et analysons les températures élevées des mois de juin et juillet, nous savons que cette chaleur intense produira aussi une augmentation du taux d’alcool en raison du passerillage partiel des raisins. À cet égard, si nous analysons ce que sera le profil aromatique des vins rouges en particulier, nous savons que le profil prédominant sera celui du fruit mûr (fruit du passerillage), ce qui, associé à un pH élevé, entraînera une sensation de chaleur ou de manque de fraîcheur dans les vins.

En même temps, il y aura un faible niveau d’azote assimilable et, comme conséquence directe, les fermentations seront plus difficiles en raison du manque de nutrition et il y aura une plus faible production d’arômes fermentaires en raison du manque d’acides aminés. Il ne faut pas oublier qu’un faible niveau d’azote assimilable entraîne une faible concentration de précurseurs aromatiques, ce qui donne des vins de faible intensité aromatique et une expression moindre du caractère variétal.

Des circonstances qui s’étendent de manière générale sur tout le territoire espagnol, comme dans la Mancha, en Catalogne, dans le sud du pays et même dans le nord, comme dans la Ribera del Duero et la Rioja, ou les circonstances sont très similaires. En revanche, dans d’autres régions, comme la Communauté de Valence, le problème est moins aigu grâce aux fortes pluies du début du mois de mai.

En dehors de nos frontières, on peut observer différents scénarios, même s’ils ne diffèrent pas trop de ce que l’on trouve en Espagne.

Ainsi, en Italie, on rencontrera en général le même problème, moins marqué dans le sud, avec des précipitations un peu plus importantes et des températures un peu plus douces que dans le nord du pays.

Dans le cas du Portugal, si l’on différencie les deux zones séparées par le fleuve Douro, le nord a connu une année avec des précipitations normales, mais dans le sud, la sécheresse et les températures élevées vont causer des problèmes similaires à ceux mentionnés ci-dessus.

Les pluies tombées dans le sud de la France au cours de ce mois de juillet dans les régions de Bordeaux et de Lyon ont favorisé le niveau de production et on s’attend à un volume normal, compte tenu du fait que l’année dernière la récolte en France a été très faible (-25%). Quelle que soit la quantité, il est certain que les températures élevées affecteront également la qualité des raisins de la même manière que celle décrite ci-dessus, mais dans une moindre mesure.

La Roumanie connaîtra le même problème en raison du manque de pluie et de la chaleur excessive, lequel commence déjà à se faire sentir, notamment dans la taille des raisins.

En bref, lors de la saison 2022, nous nous retrouverons dans une situation similaire généralisée qui nécessitera une intervention humaine pour garantir le résultat du vin final.

Dans le prochain post, nous vous parlerons de la solution que nous proposons chez Agrovin pour y parvenir.

Pour plus d’informations, veuillez contacter nos techniciens. www.agrovin.com